Research @ HEC Liège

Research @ HEC Liege


Changing workplace and strategic HRM

 

Découvrez les dernières activités du domaine Changing workplace and strategic HRMqui poursuit des recherches sur l'évolution du lieu de travail dans un contexte mondial et numérisé.

 

EGid - 6 doctorants du Sud, Droit-Gestion & Projet GRH Afrika


EGid accueille pour l’année académique 2018-2019 six doctorants venant du Sud. Cela témoigne des efforts mis sur la coopération internationale et plus spécifiquement de nos préoccupations pour assurer la formation des futurs enseignants des écoles de gestion au Cameroun et en République démocratique du Congo (RDC).

Concrètement, nous encadrons trois doctorants de Lubumbashi :

  • Nzuzi Bangika Maguy - sur l’entrepreneuriat féminin et la micro-finance
  • Sara Kitenge - sur les trajectoires professionnelles des femmes (comparaison Rwanda/ RDC)
  • Daniel Kyungu, Université de Lubumbashi sur l’insertion socio-professionnelle des personnes en situation de handicap en RDC

Deux de l’ISC de Kinshasa :

  • Limex Limeka Li-Mabila - sur l’e-grh dans l’enseignement supérieur en RDC
  • Freddy Kalenga - sur le vécu interculturel de la diaspora à son retour en RDC.

Ces doctorants sont financés par l’ARES.

Par ailleurs, grâce à un projet Erasmus, nous accueillons un doctorant camerounais Aboubakar Sidiki Ime, qui vient écrire sa thèse en finance avec l’aide d’Hughes Teuwa, prof. Associé à HEC Liège. Annie Cornet est aussi nommée co-coordinatrice des activités RDC financées par l’ARES. 

De mai à juillet, EGid accueillera également 3 doctorants marocains (University Mohamed V, Rabat - Faculty of Law, social and economic sciences) dans le cadre d'un projet Erasmus+ :

  • Nabil Mabrouki (HEM)
  • Adil Magurman 
  • Mohamed Amine Sabibi

 

EGid est partenaire du diplôme conjoint Droit et Gestion avec ISC Kinshasa en donnant les cours de GRH, TO et Méthodologie de la recherche.

EGid participe également au projet GRH Afrika (ARES) qui vise à développer l’enseignement de la GRH à ISC Kinshasa, Unilu Lubumbashi et ISC Bukavu.

 

Lentic - Intelligence Artificielle & Nouvelles formes d'emploi


Le Lentic est en train de mener pour le Groupe Orange un projet sur « L’Intelligence Artificielle : quels impacts sur les activités et les métiers ? ».

La généralisation des applications liées à l’Intelligence Artificielle (IA) est un phénomène qui pose de nombreuses questions en termes d’emploi et d’organisation du travail. L’objectif de l’étude est de s’interroger sur la possibilité de maintenir le sens au travail dans un environnement marqué par l’IA. Il s’agit également de se montrer attentif aux risques de dualisation que pourrait entraîner la généralisation de l’IA au sein du Groupe. C’est la raison pour laquelle une étude prospective est conduite par le LENTIC au sein du Groupe sur les activités les plus susceptibles d’être impactées (en termes de coexistence avec l’IA, de mutation, de disparition ou d’apparition), en explorant les perceptions des principaux acteurs concernés dans les différents métiers et leurs suggestions d’accompagnement de la transformation en cours.

Cette étude comprend également un benchmark auprès d’autres entreprises du secteur, ainsi qu’une large consultation d’experts académiques et issus des industries disruptives. Elle s'étale de novembre 2018 à novembre 2019.

 

François Pichault vient de publier un article avec une collègue de Monash University (Melbourne) sur les nouvelles formes d’emploi. L’article développe une perspective critique sur le débat entourant l’autonomie au travail supposée d’une catégorie spécifique de travailleurs dans l’économie digitale: les indépendants professionnels (IPros) tels que formateurs, traducteurs, coaches, consultants, spécialistes IT, artistes et autres travailleurs créatifs.

L’importante croissante de ce type de travailleurs et leur propagation dans tous les secteurs signifie qu’il n’est plus possible de continuer à les considérer simplement comme des travailleurs « atypiques » (non standard en anglais). Notre texte examine les différentes composantes de la notion d'autonomie, souvent associée à ce type d’emploi.

S'appuyant sur la littérature en droit, en sociologie et en GRH, nous distinguons trois dimensions clés: le statut, le contenu et les conditions de travail. Une fois combinées, elles constituent la base d'une matrice analytique susceptible d’aider les décideurs, les praticiens et les travailleurs eux-mêmes face aux défis et aux opportunités que représente le nouveau monde du travail.

 

Voir l'article